Stéphane Couturier, Photographies

Venu de la photographie d’architecture, Stephane Couturier a progressivement créé une oeuvre d’artiste à partir de ses images de villes en construction, glanées de par le monde.

Ville en gestation est une expression plus heureuse, tant l’auteur revendique une vision de la ville en tant qu’organisme vivant.

Le travail de Couturier s’inscrit dans la lignée de l’école de Düsseldorf, par cette approche frontale et sérielle de son sujet, mais il s’en distingue d’emblée par son rapport à la notion d’objectivité, qui semble se distendre au fil du temps.

On pouvait déjà trouver dans ses images de la série Urban Archeology, composées avec force bascules et décentrements, une volonté de perdre le spectateur dans un chaos savamment mis en scène, où le regard passe sans y rien comprendre ou presque, du premier au second, au quatrième, puis à nouveau au 1er plan. Où la perte de repère est presque totale, à partir d’images de façades butonnées, de fondations profondes, d’immeubles en ruine, de ces choses monumentales qui sont le décor des villes. Une « turbulence », un « fragment photographique composé, mais hétérogène » comme le décrit l’artiste.

LIEGE, 1997, série Urban Archeology

Dans sa série « Melting Point », il va encore plus loin en fondant par surimpression, au creuset de son imaginaire, plusieurs vues d’un paysage urbain, d’un atelier d’usine, pour en donner parfois un véritable tableau abstrait. « Densifier en superposant », selon son expression. Atteindre un « point de fusion entre une image solide et une image liquide ». Le résultat est réussi. Il en ressort souvent un fort sentiment d’ambivalence. On est autant séduit par la profusion des formes et des couleurs que déstabilisé par ce que l’on perçoit fatalement comme une métaphore de la jungle dans laquelle nous évoluons.

Barcelone, Parallel n°1, 2008, série Melting Point

Barcelone, Parallel n°1, 2008, série Melting Point

Usine Toyota n°7, Valenciennes, 2007, série Melting Point

Stéphane Couturier expose à Nice, au Théatre de la photographie et de l’image, jusqu’au 7 octobre.

Stéphane Couturier, Photographies, édition Adam BIRO, 2004

http://www.stephanecouturier.fr

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.